78°Nord – Longyearben

Glacier de Svea - Spitzberg
Nous commençons la journée par un bon petit déjeuner puis l’agence vient nous briefer sur la semaine à venir.
Robin nous sensibilise aux risques de la présence de l’ours et sur le fait de toujours rester en alerte. Nous apprenons à manier le stylo et le pistolet de sécurité puis nous partons essayer le matériel de navigation. Kayak oblige, les combinaisons sont requises.

La bonne nouvelle du jour, au vu du peu de gens que nous seront sur le campement, deux chiens nous accompagneront afin d’assurer notre sécurité durant notre sommeil, nous évitant ainsi des tours de gardes. Connaissant mon affinité pour la race canine cette nouvelle m’enchante.


En attendant l’heure du départ pour le glacier, nous partons avec mes trois compères de la semaine à la recherche de bouteilles d’alcool afin d’animer un peu nos soirées, qui j’en ai peur risquent d’être un peu calme.
Malheureusement la législation norvégienne règlemente la vente d’alcool au Spitzberg et il nous est impossible de trouver une seule bouteille après 15h.
Dans cette ville aux rues désertes, nous nous réchauffons le cœur avec un excellent Kaffe latte with Baileys dans Le salon de thé de Longyearben.

L’heure du départ est enfin arrivée. Nous chargeons nos sacs et nos vivres pour la semaine sur le zodiac qui nous emmène de l’autre côté de la baie, et nous enfilons nos combinaisons des plus sexy pour éviter d’arriver tremper.
La traversée dure une heure sur une mer assez calme. Le panorama de l’Isfjorden, la baie de Longyearben, est magnifique. Le glacier de Svéa nous fait face. Le soleil au plus bas laisse filtrer ses rayons au travers des nuages.

Arrivée sur le camp nous nous installons dans nos appartements. Les silence est de mise, seuls les craquements du glacier vient perturber cette sérénité.

Je m’assoie face au glacier pour écrire ces quelques lignes. Je ne sais l’heure qu’il peut être. Tout le monde est parti se coucher. Un morse passe la tête hors de l’eau à quelques mètres. Je vais caresser les chiens pour leur première nuit à nos côtés et pars m’allonger en espérant trouver le sommeil.